Les salariés de cette grande entreprise française auront tous une augmentation

Les salariés de cette grande entreprise française auront tous une augmentation

Pour 2024, le constructeur automobile Renault a annoncé une proposition d’augmentation pour ses salariés, supérieure au taux de l’inflation. Ces derniers auront également un intéressement et pourront devenir actionnaires.

Cependant, les syndicats ne sont pas du même avis sur le pourcentage d’augmentation.

Une répartition de l’augmentation par catégorie de salarié

Après les négociations annuelles, le constructeur automobile a annoncé une augmentation de 4,5% pour la rémunération de ses salariés. La signature de l’accord doit être effectuée par les organisations syndicales au plus tard le 27 février. En effet, 30 000 salariés du groupe en France sont concernés par cette proposition. Une hausse très prometteuse car son pourcentage est supérieur à l’inflation de 3,6%.

La structure de cette augmentation comprend une hausse générale de 2,5% pour les premières catégories de non-cadres et de 1,5% d’augmentation individuelle. Pour les cadres, l’augmentation individuelle est de 4%, complétée par une part variable. En plus de ces augmentations, Renault met en avant un niveau d’intéressement historique pour 2024 de 4 000 euros pour tous les salariés, reflétant l’engagement de l’entreprise à récompenser ses employés suite à une année de performances exceptionnelles.

Les salariés peuvent devenir actionnaires

Dans une démarche visant à renforcer le lien entre les salariés et l’entreprise, Renault a annoncé un nouveau plan d’actionnariat pour 2024, permettant aux employés de devenir actionnaires du groupe. Cette initiative s’inscrit dans une stratégie globale de rémunération et de participation, reflétant la confiance de Renault dans ses perspectives futures et sa volonté de partager ses succès avec ceux qui contribuent directement à ses performances.

Lire aussi :  Créations de sociétés : pourquoi la SAS domine et les SCI déclinent

Actuellement, les salariés détiennent déjà environ 5,25% du capital de l’entreprise, une participation que Renault ambitionne de doubler, visant à atteindre 10% d’ici 2030. Cette politique d’actionnariat salarié témoigne de l’engagement de Renault envers ses employés et représente une étape significative vers une culture d’entreprise plus inclusive et participative.

En offrant cette opportunité, Renault reconnaît l’importance de ses collaborateurs dans le succès continu du groupe et s’engage à les impliquer davantage dans son développement.

Une brouille au niveau des syndicats

Les syndicats restent partagés face à la proposition d’augmentation salariale de 4,5% proposée par la direction de Renault, une amélioration par rapport à l’offre initiale de 3,3%. La CFE-CGC, à l’origine de cette évolution, envisage de consulter ses membres avant de prendre une décision. La CFDT, bien qu’en quête d’une offre plus substantielle, reconnaît le progrès réalisé dans les négociations.

Cependant, Force Ouvrière exprime son mécontentement, jugeant les mesures insuffisantes au regard de l’excellente année financière qu’a connue Renault. La CGT critique vivement la continuité de la politique de rigueur malgré une inflation notable, tandis que Sud Renault manifeste sa déception face à la modestie des augmentations proposées après une année jugée historique pour l’entreprise en 2023.

Cette divergence d’opinions chez les syndicats reflète la complexité des négociations salariales dans un contexte économique fluctuant. En outre, la proposition qui inclut un niveau d’intéressement historique en 2024 pour tous les salariés, souligne quand même les efforts de Renault pour récompenser ses employés malgré les critiques.

Company News est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux